Aller au contenu Aller au pied de page

Un peu d’histoire

QUAND SAINT-SEVER ÉTAIT MÊLÉ A L’HISTOIRE

« Situé sur la rive gauche de la Charente, Saint-Sever fut en 1472, au centre d’intrigues et luttes féodales. C’est en effet au château de Saint-Sever, où Mme de THOUARS lui offrait une collation, que fut empoisonné le duc de GUYENNE, frère du roi, prétexte tragique qui ralluma la querelle entre Louis XI et Charles le Téméraire ».

Duc de Guyenne 1471

En 1461, au moment de l’accession de Louis XI au trône de France, son père, Charles VII avait chassé les anglais du royaume. Il restait à Louis XI à achever l’unité de la France.

LOUIS XI : à 38 ans, il est plutôt laid, dit-on, avec un grand nez, des jambes grêles et tordues, une physionomie inquiète et maladive, mais un regard perçant, intelligent, rusé.

Aux batailles il préfère les négociations et, maître en dissimulations, tromperies, intrigues, la corruption est son moyen de combat. Charles le Téméraire l’appelle « l’universelle aragne » qui tend partout ses fils et ses pièges. Il déteste les cérémonies et réceptions et préfère la compagnie des petites gens.

CHARLES LE TEMERAIRE : de 10 ans son cadet, « le Duc », plutôt violent et entêté, domine une cour somptueuse et élégante, animée de fêtes extraordinaires. Non dépourvu d’esprit politique, le très riche Charles s’affronte constamment à son cousin le roi de France. Mais jamais avec assez d’intelligence et d’emprise sur ses alliés pour remporter des succès durables et échapper aux fils de « l’aragne ».

CHARLES DE FRANCE : petit frère de 23 ans plus jeune que le roi, Duc de Berry, il ne cesse de comploter contre Louis XI. Il s’allie notamment à Charles le Téméraire pour fonder « la ligue du bien public » afin de « défendre les intérêts du royaume mal gouverné par le roi ». En mauvaise posture, Louis XI a recours à un expédient qui a le double avantage de satisfaire sa politique et de le délier de son engagement qui était de lui confier la Champagne et la Brie ; il lui offre la Guyenne en échange et par édit d’avril 1469, Charles de France devient « duc de guienne, comte de Saintonge et seigneur de La Rochelle ».

Mais les intrigues de Charles continuent avec les barons des provinces aquitaniques et Louis XI décide de le dépouiller de son apanage par une opération militaire, commencée en 1471.

Le 14 mai 1472, une mort étrange vient fort à propos enlever le Duc de Guyenne et quelques-uns dirent que le roi n’était pas étranger à cet évènement bienvenu…

L’AFFAIRE DE SAINT-SEVER (octobre 1471)

En 1465, le très riche Louis d’AMBOISE,73 ans, vicomte de Thouars, prince de TALMONT, seigneur de MAULEON, MARANS et de l’ile de RE, épouse en secondes noces Colette de CHAMBES âgée de 15 ans, fille de Jeanne CHABOT de JARNAC. Le vieil époux meurt en 1470 et Louis XI tente alors de confisquer ses terres.

Colette demande la protection de Charles, duc de Guyenne, et devient sa maitresse. En octobre 1471, elle lui donne une collation dans son château de Saint-Sever en présence de frère Jordan FAVRE de VERCORS, abbé de Saint Jean d’Angély. Ce dernier offre une pêche à ses deux hôtes, qui sont immédiatement saisis de coliques violentes. Madame de THOUARS décède. Le duc est atteint d’une maladie qui lui fait perdre les dents, les ongles et les cheveux et décède en mai 1472 à Bordeaux, abandonné de ses alliés et vassaux, à l’âge de 26 ans.

l’ABBE DE SAINT JEAN D’ANGELY : élu abbé au début de 1471 en remplacement du Cardinal de LA BALUE, il est aumônier et confesseur du duc de Guyenne. Il aurait eu pour complice Henri de LA ROCHE, écuyer de cuisine du duc. L’un et l’autre jouissaient de la plus grande confiance de leur maître.

Mais dans son histoire de Louis XI, Th.BASIN mentionne qu’ avant même d’avoir consommé leur crime, ils avaient reçu du roi plusieurs milliers d’écus et qu’il était convenu de leur en payer beaucoup d’autres encore après la mort de leur victime.

Ces empoisonnements ne sont pas les seuls crimes dont l’abbé fut accusé et l’archevêque de Bordeaux, Arthur de MONTAUBAN, dut délégué par le pape SIXTE IV pour examiner la vie de ce moine. Ce dernier ayant refusé de comparaître, fut déposé par contumace. Il fut détenu dans un cachot de bretagne en attendant son procès, mais fut retrouvé mort un matin, le visage noir comme du charbon et la langue sortie de la bouche « d’un demi-pied de long ».

Louis XI afficha une douleur profonde et fit des neuvaines en l’honneur de son frère, et institua, dit-on, l’Angélus du soir à cette occasion, Charles étant mort au coucher du soleil.

QUE FAUT-IL EN CONCLURE ?

En fait, le mystère subsiste même s’il a fait l’objet de recherches et d’études de la part d’érudits et toute tentative d’explication ne saurait être considérée comme fondée sur des documents historiques indiscutables.

A SAINT-SEVER on semble situer le château de la vicomtesse à un emplacement proche de l’église du village où il existe une rue du souterrain et une tradition de souterrain dans cette zone, permettant ainsi la fuite ou la défense de la demeure seigneuriale.

Si la curiosité de nos concitoyens est piquée par un fait qui a eu SAINT-SEVER pour cadre, nous en sommes heureux….

Haut de page
Copier le lien